19 août 2011

Quelques jours en Chine : J2, arrivée à Shanghai. Le mandarin Yu et Nanjing road

Arrivée à Shanghai

Donc après plusieurs heures passées à dormir, boire et manger (manger, manger, manger et manger...), voilà que les terres chinoises se dessinent enfin sous nos yeux...

P1030301

Pour la petite anecdote, nos premiers pas dans l'aéroport de Pudong ont été remarqués... et surtout accompagnés par les cris hystériques et prépubères de centaines de jeunes filles en fleur attendant la venue de leur messie : Nous donc ! A moins qu'il ne s'agisse du groupe de chanteurs coréens dont les minois étaient affichés un peu partout... Mouais peut-être...

P1030308

P1030309

Après cet accueil triomphale, le dépaysement commence. Pour nous rendre à notre premier lieu de visite, nous avons traversé une magnifique bambouseraie et fait quelques pas dans le tumulte citadin, nous familiarisant ainsi doucement avec le vacarme de cette fabuleuse ville qu'est Shanghai.

P1030312   P1030317

P1030330   P1030332   P1030333

P1030336

P1030348

Le jardin du Mandarin Yu

Notre première visite est celle de ce magnifique jardin de deux hectares et de ses pavillons. Situé au coeur de la vieille ville, dans les quartiers traditionnels, ce jardin est sans doute l'un des plus beaux qui soient. Une belle manière de prendre contact avec la culture et la tradition chinoise. Et il est difficile d'échapper au sentiment d'un voyage dans le temps (j'ai donc vieilli les photos délibérément pour donner à cette visite un petit côté suranné) quand on se ballade sur les petits sentiers, au milieu des rochers, des étangs remplis de poissons et des massifs de fleurs.

P1030364-2

P1030354-2

P1030358-2

La construction de ce petit paradis a débuté en 1559 (j'ai aussi trouvé 1537 et 1578...) pour s'achever 18 ans plus tard à l'initiative de Pan Yu Dan, dignitaire Ming et ancien gouverneur de la provience du Sichuan. Ce jardin, totalement privé à l'origine, était un hommage à ses parents.

Tout ici est fait pour inspirer calme, harmonie et sérénité ; la féérie des lieux appelant à la méditation et à la contemplation. Le jardin, fidèle à la philosophie chinoise, représente le monde en miniature (l'eau évoque les rivières, les rochers les montagnes et les pavillons les villages), un monde clos, totalement fermé sur lui-même. Cette sensation est accrue par l'absence de perspective, laquelle ne s'étend pas au-delà de quelques mètres.

P1030389-2

P1030391-2

P1030395-2

P1030396-2

Les portes circulaires confèrent une douceur certaine au lieu. Cela n'est pas surprenant dans la mesure où  cette forme évoque la perfection et l'harmonie de l'Univers.

P1030456-2

P1030492-2

Les fenêtres, quant à elles, octogonales comme sur la photo, ou en forme d'étoile ou de feuille, ont été pensées pour donner à celui qui regarde à travers elles l'illusion qu'il contemple un tableau vivant.

P1030411-2

Au final, le jardin du Mandarin Yu apparaît comme un fabuleux labyrinthe, dans lequel il fait bon errer. et laisser vagabonder ses pensées. Différents tableaux s'y succèdent comme dans une symphonie parfaite. En effet, le jardin comptent une trentaine de pavillons, kiosques et cours. Chaque pavillon est orné d'une statue de dragon, animal mythique symbolisant la puissance impériale. Le corps ondulant de ce dernier surmonte aussi les murs blancs sinueux qui séparent chaque section du jardin.

P1030367-2   P1030464-2

P1030440-2

P1030463-2

P1030476-2

Chaque pavillon est associé à une activité ou une fonction spécificique. Ainsi, le premier que l'on rencontre est le Pavillon des Trois Epis dans lequel étaient entreposées les récoltes pour l'année et où l'on retrouve du mobilier de la dynastie Qing qui a été miraculeusement conservé. Les bâtiments suivants portent des noms tout aussi évocateurs :  le Pavillon pour Admirer la Grande Rocaille (monticule de 14 mètres de haut, composé de 2000 tonnes de roches jaunes maintenues entre elles par de la colle de riz), le Pavillon pour Admirer les Poissons Folâtrer (duquel on peut effectivement admirer un jolie mare dans laquelle de très beaux poissons barbotent), le Pavillon aux dix mille fleurs (les fleurs évoquant ici les jolies jeunes filles qui se réunissaient dans la cour intérieure où trônent un ginkgo biloba quatre fois centenaires et un magnolia d'une centaine d'années), le Salon de la Tendresse (qui est la salle des origines et du sentiment filial. On retrouve dans ce pavillon du mobilier réalisé à partir de racines noueuses de banian symbolisant  l'appartenance des occupants à la terre et leur retour prochain à celle-ci), la Chambre pour Apercevoir la Lune (de laquelle on peut admirer le reflet de la lune dans l'eau du lac), le Pavillon de la Magnificence de Jade (pavillon préféré de Pan Yu Dan qui venait y écrire, étudier, lire et méditer pendant de longues heures) et enfin le Pavillon du Regard Silencieux (aujourd'hui  transformé en boutique de peinture, ce pavillon fait face à un ensemble de rocailles qui évoquent des scènes amusantes que l'on ne peut découvrir que par une observation attentive : un singe mangeant une pêche, un rat tentant de sortir d'un éléphant, un vieil homme lisant un livre, etc.).

Voici maintenant quelques photos que je vous livre en vrac (comme vous le remarquez, le soucis principal que nous avons eu pour prendre les photos en Chine a été la lumière qui est toujours très blanche...) :

P1030365-2

P1030373-2   P1030375-2

P1030380-2

P1030387-2   P1030397-2   P1030414-2

P1030407-2   P1030398-2

P1030416-2   P1030419-2   P1030427-2

P1030425-2

P1030428-2   P1030433-2

P1030437-2

P1030442-2

P1030447-2

P1030448-2

P1030452-2

P1030450-2   P1030461-2   P1030479-2

P1030467-2

P1030470-2

P1030493-2

P1030488-2

Scènes de vie

Après ce moment magique et bucolique, est arrivée l'heure de se restaurer (bon dans LE restau à touristes -des bus entiers de touristes même- mais bon...) puis de rejoindre notre hôtel, Le Shanghai Swan Hotel, dans le district de Hongkou. Les trajets ont donc été l'occasion d'observer quelques scènes de la vie chinoise et d'apprécier le formidable travail de la DDE chinoise...

P1030504

P1030510

P1030513

P1030514

P1030517

P1030518

P1030519

P1030521   P1030522

P1030523   P1030527

P1030524

P1030526

P1030533

Nanjing Road

Nous avons passé la soirée de cette première journée dans la rue n°1 de toute la Chine : Nanjing Lu. Cette immense artère commerçante est la plus ancienne de la ville et sans nulle doute la plus chic de Shanghai (voire de la Chine), faisant ainsi office de Champs Elysées locaux. Elle commence aux abords du Bund et se prolonge sur 1500 mètres, jusqu'à la place du peuple. Toute la première partie (1km) est entièrement piétonne et totalement assaillie par les touristes avec ses boutiques ouvertes jusqu'à 22 heures. Il faut reconnaître qu'elle a un charme certain malgrè le tumulte et l'hymne à la consommation de masse qu'elle représente en elle-même.

Pour la petite histoire, c'est l'architecte français Jean-Marie Charpentier qui l'a totalement réhabilité, réussissant le pari de rendre à ce lieu sa splendeur d'antan. Ici beauté architecturale et hyper-matérialisme cohabitent sans se défaire d'une cohésion certaine. De même, les vieux immeubles côtoient des tours ultra modernes sans donner le sentiment d'une union contre-nature, au contraire. C'est certainement là aussi que réside l'attrait de Shanghai.

Ce qui est sûr c'est que dès que la nuit tombe, le spectacle est ici (je n'ose même pas imaginer combien de foyers sont privés d'électricité pour pouvoir alimenter cette seule partie de la ville...), avec en prime une photo de la tour de la perle d'Orient de nuit à la fin...

 P1030546

P1030559   P1030577  

P1030579   P1030590

P1030568

P1030591

P1030595

P1030599

P1030603

P1030615   P1030621   P1030632

P1030623

P1030640

P1030647

P1030660   P1030662   P1030687

P1030703

Voilà la fin du J2...

Posté par Pour ta pomme à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Quelques jours en Chine : J2, arrivée à Shanghai. Le mandarin Yu et Nanjing road

    c'est fou ce changement d'une rue à l'autre ! Ça fait rêver

    Posté par fannycolor, 20 août 2011 à 00:24
Poster un commentaire